Performances

Performance : Argentique, (Inauguration Waterproof)

Partagez
Share to Twitter Share to Facebook
Plus d’infos
Dates

 

Heure : 11h30

Au patio du musée 

Public
Tout public
Durée
45min
Tarifs

 

Gratuit, sans réservation dans la limite des places disponibles 

Argentique. Olivia Grandville

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Argentique Olivia Grandville@ Lausanne

Lors de son voyage au Québec, en avril 2017, Olivia Grandville fait la connaissance de l’artiste québécoise Françoise Sullivan, peintre, sculptrice mais également danseuse et chorégraphe. Celle qui a intégré en 1948 le mouvement des « Automatistes » fut également signataire du manifeste du Refus Global : texte fondateur du courant politique et artistique québécois.

Pour Olivia Grandville, passionnée par l’histoire des avant-gardes du 20e siècle, cette rencontre apparaît comme un heureux clin d’œil du hasard, et fait résonner tout le travail qu’elle a mené lors du Cabaret discrépant autour du Lettrisme, mouvement contemporain de Refus Global et proche aussi par ses enjeux artistiques.
Françoise Sullivan est, dans le champ chorégraphique, surtout reconnue pour deux créations qui comptent parmi les premières pièces chorégraphiques filmées de l’histoire de la danse : Eté (1947), puis Danse dans la neige (1948). Deux pièces d’un projet inachevé qui devait couvrir les quatre saisons. Les films ont été perdus et il ne reste aujourd’hui que 17 photos noir et blanc de la Danse dans la neige. C’est à partir de ces 17 témoignages statiques et fragmentaires, et de la parole de Françoise Sullivan retranscrite par Olivia Grandville que s’élabore ce projet Argentique. Faire (re)naître le mouvement à la manière d’une révélation photographique. Créer une danse fantôme. Convoquer au présent la mémoire d’une danse et la réinventer.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Formée à l’École de danse de l’Opérade Paris, Olivia Grandville intègre en 1981 le corps de ballet où elle obtient le grade de sujet dès 1983. Entre 1983 et 1988, elle a l’opportunité de traverser, outre le répertoire classique, des œuvres de Balanchine, Limon, Cunningham, de participer aux créations de Alvin Ailey, Karole Armitage, Maguy Marin, Dominique Bagouet, Bob Wilson…

En 1988, elle choisit de démissionner pour se consacrer à la danse contemporaine. Après une création avec J.F Duroure, elle rejoint la compagnie Bagouet en 1989 et participe à toutes les pièces jusqu’en 1992. C’est là qu’elle commence à mener ses propres projets auxquels elle se consacrera totalement à la mort du chorégraphe. Elle est membre fondateur de l’association Les Carnets Bagouet, et participera à cette aventure jusqu’en 2002, continuant à prendre en charge par la suite divers remontages, notamment ceux de So Schnell et Jours Étranges en 2007 pour le Ballet de Genève.

Impliquée également dans l’association des « Signataires du 20 Août », Olivia Grandville continue de développer son travail personnel pour lequel elle reçoit le prix Nouveau talent de la SACD en 1996. Elle coréalise également avec le metteur en scène Xavier Marchand diverses pièces, notamment Le K de E et Beaucoup de colle autour du l’œuvre de l’artiste et auteur Kurt Schwitters, et un projet au long cours autour de la culture arménienne, effectuant plusieurs voyages entre 1999 et 2002. Ce projet donnera naissance à deux créations Sept miniatures pour Paradjanov en coréalisation, et Paris-Yerevan.

À partir de 2004, Comment Taire inaugure une période de recherche mené avec l’Ircam, autour de la captation du geste dans un environnement de traitement de son. Ce travail se poursuivra avec Octa 7 pour le jeune ballet de Lyon, puis My Space en 2008 au Centre Pompidou.

En 2010, le Ballet national de Marseille lui passe commande d’une pièce sur pointes, Ci-Giselle. La même année, une autre commande du Festival d’Avignon, donne naissance à Une semaine d’arten Avignon dans le cadre des Sujets à Vif. Le Cabaret discrépant, fruit d’un travail de recherche autour des partitions chorégraphiques lettristes, y sera présenté l’année suivante, en 2011. En 2012, Cinq Ryoanji, chorégraphie en dialogue avec les pièces éponymes de John Cage est créé en collaboration avec l’ensemble de musique contemporaine ]H[iatus.

Entre 2013 et 2016, elle créée plusieurs pièces qui mettent en jeu un seul interprète : elle met en scène un texte de Grégoire Bouillier, L’invité mystère, dans le cadre du festival Actoral, crée en février 2014 Le grand jeu - solo "sous influence" en dialogue avec le cinéma de John Cassavetes et la figure de Gena Rowlands - puis, suite à une commande de Théâtre Ouvert, elle crée Toute ressemblance ou similitude d’après un texte d’Aurore Jacob. Dans le même temps, elle engage les projets plus volumineux que sont Foules - création pour une centaine d’amateurs – créé en 2015 et Combat de Carnaval et Carême, créé en janvier 2016 au Lieu Unique puis présenté notamment à la Biennale de la Danse de Lyon, dans le cadre du Focus danse, ainsi qu’aux Rencontres chorégraphiques internationales de Seine Saint-Denis (2017).

Installée depuis 2011 à Nantes, en Pays de la Loire, elle est artiste associée au Lieu unique de 2017 à 2019. Elle engage sur cette période création de nouvelles pièces : A l’Ouest, créée au lieu unique en mai 2018 à partir d’un voyage de recherche en Amérique du Nord autour des danses Natives, Argentique, autour de sa rencontre avec l’artiste Françoise Sullivan ainsi qu’un film qui témoigne de ses rencontres et de son voyage Traverser les grandes eaux. Elle développe parallèlement des pièces / dispositifs à danser telles que Le Koréoké (karaoké chorégraphique) et inaugure le principe des théâtres d’opérations chorégraphiques avec Le Dance-Park (printemps 2019) : un espace de création conçu avec Yves Godin pour le lieu unique invitant des équipes artistiques pendant trois mois, ce principe devait être réactivé au printemps 2020 aux Subsistances à Lyon décliné sous le titre La Forêt (annulé en raison de la crise sanitaire).

2019 est également une année intense où, à l’invitation du Ballet de Lorraine, Olivia créée Jour de colèrepour les 21 danseurs de l’ensemble et sur une musique de Julius Eastman réarrangée par Melaine Dalibert et Manuel Adnot. Elle mène simultanément une recherche avec des structures d’enseignements supérieurs et professionnels (étudiants des universités de Poitiers, de Montpellier et Camping organisé par le CND à Paris et Lyon) autour de la jeunesse et des utopies en écho au 50e anniversaire de Woodstock. A Poitiers, cette recherche aboutit à la création Nous vaincrons les maléfices pour le festival A Corps au Théâtre Auditorium de Poitiers. Ce travail de rencontre/investigation avec de jeunes interprètes se prolonge avec la création Débandade, pour 7 jeunes hommes et qui sera créée à l’automne 2021 au lieu unique.

Le renouvellement de l’association au lieu unique jusqu’en 2022 prolonge une complicité avec la scène nationale, de même qu’avec la Ménagerie de Verre qui accueille dans son festival Etrange cargo (mars 2021) sa nouvelle création avec le comédien Laurent Poitrenaux et les musiciens Villeneuve et Morando : La Guerre des pauvres adaptée du roman d’Eric Vuillard. Nommée en juin 2021, elle prend ses fonctions de directrice au CCN de la Rochelle au 1er janvier 2022, où elle développera un projet intitulé « Mille plateaux ». Parallèlement à son travail de chorégraphe, elle est aussi enseignante, improvisatrice, et interprète, notamment auprès de Vincent Dupont (Incantus 2007) et Boris Charmatz (Flipbook 2008, La levée des conflits 2010, 20 danseurs pour le 20ème siècle 2012).

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

↔ Coopération Ciné-Corps + Cinédanse + Musée des beaux-arts dans le cadre de l’exposition OUI !

Conception et interprétation : Olivia Grandville / Textes et entretiens : Olivia Grandville, Françoise Sullivan, Gilles Amalvi / Collaboration à l’écriture : Lucie Collardeau / Musique live : Jonathan Kingsley Seilman

Production : Mille Plateaux, CCN La Rochelle
Avec le soutien de la Ville de Nantes et de l’Institut français, du TU-Nantes et du Lieu unique, Nantes.

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Téléchargez le programme OUI ! ici : Programme OUI!