Exposition

Chez Robien, Constellation des Toiles

Le cabinet de curiosités
Partagez
Share to Twitter Share to Facebook
Plus d’infos
Dates
Public
Tout public
Tarifs

droit d’entrée

Une malle aux trésors à explorer

Christophe-Paul de Robien fut un personnage emblématique de Rennes dans la première moitié du XVIIIème siècle. Né en 1698 à Quintin, dans les actuelles Côtes d’Armor, il devint, comme son père avant lui et son fils à sa suite, Président à Mortier au Parlement de Bretagne, « conseiller du Roi en tous ses conseils ». Ce n’est pourtant pas par sa profession qu’il était connu. Ce sont ses collections éclectiques qui firent sa renommée, et en particulier son cabinet de curiosités fort de 8000 pièces de collection.

Dans ses deux volumes du manuscrit rédigés peu avant sa mort en 1756, Christophe-Paul de Robien ne parle jamais de ses tableaux. Sans doute fautil penser que ceux-ci devaient faire partie d’un simple décor qu’on chercherait pourtant en vain chez d’autres illustres rennais. Dans la plupart de ces hôtels d’aristocrates, le luxe est décliné par d’importantes glaces, des manteaux de cheminée en marbre, et parfois des grisailles en dessus de porte. Rien à voir avec les riches et originales malouinières des messieurs de Saint-Malo attestant les biens acquis dans le commerce outre-mer.

C’est pourquoi nous avons réuni pour la première fois un fonds représentatif de plus d’une soixantaine de toiles de la collection de peintures de ce collectionneur qui en contient 141 numéros en tout, la plupart conservées habituellement en réserve, fort peu dispersées dans les salles du musée en permanence (à peine une trentaine accrochées aux cimaises). On y verra que son goût pour l’anecdotique et le décoratif le portèrent davantage vers les petits maîtres flamands peint sur cuivre que les grands maîtres italiens, il est vrai fort chers déjà à cette époque.

Robien, par le caractère décoratif et modeste de cette collection, montre ses partis pris : il n’entend pas succomber au goût monothématique de la peinture afin de ne pas entamer un budget qui lui permet de maintenir des acquisitions dans les domaines les plus divers, en adéquation avec une curiosité tous azimuts à laquelle il est resté fidèle.

Les peintures seront présentées dans une partie d’intérieur évoquant le salon de compagnie du marquis de Robien avec du mobilier provenant de son hôtel, tels que la rose des vents et les thermomètres et baromètres (les commodes et chaises étant sans provenance avérée de son hôtel particulier). Quelques photographies de l’intérieur tel qu’il se présente aujourd’hui (boiseries, laques) seront un appui documentaire de l’exposition.