Exposition

Le retour de la lumière : Soulages, Molnar, Ming...

Partagez
Share to Twitter Share to Facebook
Plus d’infos
Dates
Public
Tout public

Après huit mois de travaux et le remplacement intégral de sa verrière, le patio du musée des beaux-arts retrouve l’éclat des rayons du soleil. Ce grand espace blanc accueille ainsi des peintres qui composent avec la lumière, ingrédient indispensable à l’art. La première préoccupation de ces artistes est de chercher à la capter grâce aux moyens les plus élémentaires :
le noir et le blanc ; le jeu des contrastes ; toute la palette des nuances de gris. Une seconde intention est de l’accrocher par les aspérités de la matière picturale. Quand la lumière tombe du ciel sur une toile, elle crée des ombres et des reliefs, des reflets et des effets miroirs, une puissance d’attraction depuis la profondeur infinie du tableau.


Depuis longtemps Pierre Soulages (né en 1919) a consacré sa peinture à l’exploration de ce noir profond. Jean Degottex (1918 -1988), son presque exact contemporain tout comme Lee Bae (né en 1956) ont aussi consacré leur oeuvre à l’auscultation de cette matière noire intrigante, ce dernier en puisant presque exclusivement dans la poudre de charbon. Gottfried Honegger (1917-2016), John Cornu (né en 1976) et Dominique Blais (né en 1974) donnent à cette recherche une dimension monumentale. Vera Molnar (née en 1924) et François Morellet (1926 - 2016) travaillent quant à eux sur le découpage et l’assemblage de formes noires et blanches, imbriquées selon des règles qui mêlent géométrie et aléatoire. Enfin, Yan Pei-Ming (né en 1960) et Bernard Frize (né en 1954) exploitent les inépuisables variantes du noir au gris, qu’elles soient abstraites ou figuratives.

Lumière, luminosité, noir et blanc, matières picturales constituent ainsi le fonds commun des oeuvres réunies ici à l’occasion de la réouverture du patio. Une forme d’ascèse, avant de plonger dans la jubilation de « la couleur crue », programmée dans le même espace pour l’été 2021. Cette exposition permet de déployer les collections contemporaines conservées au musée des beaux-arts, récemment enrichies de nouveaux dépôts du FRAC Bretagne. Elle renvoie également aux oeuvres d’Aurelie Nemours, présentées au premier étage.