road_vous_etes_ici
>
Exposition

Denis Laget

Partagez
Share to Twitter Share to Facebook
Plus d’infos
Dates
Public
Tout public

Denis Laget

Dans le cadre de sa ligne d’acquisitions dédiée à la peinture figurative contemporaine, le Musée des beaux-arts a acquis en 2014 une peinture de Denis Laget. Régulièrement, le Musée propose des grandes rétrospectives centrées sur un artiste de la collection : Gilles Aillaud en 2015, Thomas Huber en 2017…
Nous avons souhaité, avec deux autres institutions, consacrer cette exposition à un artiste qui a marqué l’histoire récente de la peinture pour redécouvrir cette oeuvre dans son ensemble, sa trajectoire et sa dimension historique. Denis Laget est né en 1958 à Valence, il vit et travaille à Paris et Tressan après avoir été lauréat de la Villa Médicis, à Rome (1989-1990).
Les sujets traités par l’artiste sont les classiques de l’histoire de la peinture : portraits, natures mortes, fleurs, paysages, vanités, qu’il décline par séries dans une atmosphère délétère, transformant un simple bouquet de fleurs en memento mori. Ce qui intéresse l’artiste au-delà du sujet, c’est la peinture elle-même, sa longue histoire, sa matérialité, la palette colorée, la vibration de la matière,
le rendu de la lumière.

Comme souvent chez lui, les formats sont modestes, banals, ceux que l’on trouve chez les marchands d’articles de beaux-arts :
« formats sans histoire, pour une peinture de maison » qui n’en impose pas. Car chaque toile a une autre fonction avant de devenir un tableau, celle d’être une palette. Et à partir des traces laissées sur la toile-palette, il réemploie ces taches pour faire surgir le tableau suivant, dans un recyclage permanent.
La peinture que réalise Denis Laget n’est pas une peinture sur le motif mais s’engendre elle-même, elle émane en quelque sorte de la peinture même, de la matière onctueuse, organique, et de l’imaginaire du peintre, dans un ballet entre abstraction et figuration.
L’exposition présente 80 peintures et quelques dessins provenant de sa galerie parisienne et de collections privées, des musées d’Orléans, Saint-Étienne et Rennes ainsi que du FRAC Auvergne.
Coproduction Frac Auvergne et musée Estrine à Saint-Rémy-de-Provence

 

Téléchargez votre invitation ici