Exposition

Régis Perray - Les petites fleurs de l’Apocalypse

Partagez
Share to Twitter Share to Facebook
Plus d’infos
Dates
Public
Tout public

À l’invitation du Domaine national du Château d’Angers, Régis Perray a proposé de réaliser un ensemble de fleurs en papiers peint à partir des fleurs de la Tapisserie de l’Apocalypse pour la fin des commémorations de la Grande Guerre.
La présence des fleurs se retrouve partout dans la tapisserie de l’Apocalypse, accompagnant l’homme dans les épreuves des sept fléaux. Le projet de Régis Perray est donc de cueillir quelques fleurs de la tapisserie et de les adapter au support papier en réalisant des papiers peints à la planche, à l’ancienne avec l’Atelier d’Offard, à Tours, pour les faire pousser, surgir, apparaître en bas des murs, où le papier peint est parfois posé, petit à petit… comme un champ de fleurs partant d’Angers, et se diffusant à Nantes, Roanne, Lille, Besançon, Caen, Drancy, Bruxelles, Rennes…

 

Après le Musée d’Arts et d’Archéologie de Roanne, le Village Expérimental de Bazouges-la-Pérouse… les Petites fleurs de l’Apocalypse arrivent aussi dans d’autres Musées, d’autres lieux de Mémoires. 

 

05 mai 2018 - 30 septembre 2018 

Frac Franche-Comté, au Musée du Temps, à la Citadelle avec le Musée de la Résistance et de la Déportation, le Musée Franc-Comtois à l’atelier des deux portes, au 52 rue Battant.

 

27/06/2018 - 16/09/2018

Musée des Beaux-Arts de Rennes 

 

à partir du 3 juillet les petites fleurs de l’Apocalypse seront au Château d’Angers, lieu même de leur naissance, devant la tapisserie de l’Apocalypse.

 

 Une des Petites fleurs de l’Apocalypse au Frac Franche-Comté

 

"Les petites fleurs de l’Apocalypse » réalisées par l’Atelier d’Offard.

A l’invitation du Château d’Angers et son administrateur Hervé Yannou, avec le Centre des monuments nationaux, j’ai choisi de réaliser des papiers peints fleuris, où le lé de papier n’est plus à poser directement sur le mur mais devient un jardin itinérant. 
Rendez-vous aux premiers jours de mars pour voir les petites fleurs près de la Tapisserie de l’Apocalypse puis se diffuser vers d’autres villes et villages, d’autres pays.
A ce jour, ce sont 11 lieux qui accueilleront les petites fleurs de l’Apocalypse sur leurs murs. Quelques fleurs sauvages pousseront aussi près de lieux de Mémoire.


"... Apocalypse signifie révélation et renaissance, ce que furent les lendemains de la Grande Guerre avec les reconstructions, lorsque repoussent les fleurs sur les champs de bataille et dans les tranchées après quatre ans de désastres guerriers. Régis Perray honore la mémoire des disparus comme avec les coquelicots et les bleuets, fleurs symboles des soldats Alliés et Français, en pensant aussi aux soldats, aux civils, aux victimes et survivants de toutes les terres de guerre... Ces Petites Fleurs de l’Apocalypse seront accompagnées de modèles issus de la collection de papiers peints de l’artiste, d’enluminures du Moyen-Age et de motifs Art Nouveau : belle période fleurie s’épanouissant jusqu’aux premières années du 20e siècle, avant la Grande Guerre. 

Régis Perray célèbre ainsi le retour de la nature, du renouveau en jardinier des fleurs papiers peints, belles et fragiles."
Extraits de Les Petites Fleurs de l’Apocalypse (1918 – 2018)
Le Domaine national du Château d’Angers invite l’artiste Régis Perray