Visite guidée - Visite

Midi flash : Egypte

Partagez
Share to Twitter Share to Facebook
Plus d’infos
Dates

 

Heure : 12h30

Public
Tout public
Durée
30 minutes
Tarifs

 

Gratuit, sans réservation 

Midi flash : Egypte

 

Découvrez nos collections d’archéologie accompagnés par une médiatrice. Cette visite est conseillée à partir de 7 ans. 

.

.

.

Statue de Païrkap,  4e siècle avant J.C.

 

Le visiteur pourrait s’interroger sur l’intérêt de l’acquisition d’une statue acéphale pour enrichir une collection d’égyptologie. Mais si elle est privée de chef, elle ne présente pas moins un témoignage rare des statues privées de la xxx° dynastie. Ce sont à la fois le texte, la posture du personnage agenouillé et le traitement du pagne, dit chendjy, qui affinent une datation de la statue vers-399 à-380, selon Olivier Perdu, égyptologue et spécialiste de la statuaire privée de la Basse Époque. En la signalant au Musée de Rennes, il en favorise l’acquisition en 1998.

Le texte hiéroglyphique qu’il traduit nous éclaire quant à la fonction de cet objet. Nous découvrons Pairkap, membre de la communauté sacerdotale de Bubastis en Basse-Egypte - cité dédiée à la redoutée divinité léontocéphale - Sekhmet, entité plus souvent représentée sous sa forme domestiquée, la déesse chat Bastet. La statue était probablement positionnée dans la Place des fêtes, lieu situé dans l’enceinte du temple de Bubastis. Le texte gravé sur la colonne dorsale ou horizontalement, ne se veut pas à destination de tous, il suppose un lecteur érudit. Le prêtre s’adresse à travers les siècles à ses pairs, qui lui succéderont, et réalise un appel aux vivants : « Prononcez mon nom et vos récompenses arriveront. » Le prêtre promet un juste retour s’ils s’exécutent, par exemple conjurer les forces malveillantes de Sekhmet.

Cette incantation récurrente rappelle le rôle du nom du défunt dans les rites funéraires qui, lorsqu’il est Sort ou prononcé par les vivants, agit sur l’éternité du défunt. Pairkap demande à ses suiveurs de maintenir la mémoire de son nom et de protéger la statue en la préservant dans le temple. Ils auront partiellement rempli le contrat puisque grâce à cette statue, nous pouvons évoquer le souvenir de cet homme. Alors joue le temple est actuellement en ruine, le désintérêt face au matériau utilise pour cette statue a joué en faveur de sa conservation. - Odile Hays, Conservatrice au musée.